L’assurance-vie : un placement avantageux malgré l’adoption du flat tax

L’assurance-vie

L’assurance-vie : un placement avantageux malgré l’adoption du flat tax

L’assurance-vie fait partie des placements les moins taxés en France. Grâce à son régime fiscal sans équivalent, elle doit son titre de placement préféré des Français. Néanmoins, ce dispositif a subi quelques changements ces derniers temps, notamment en termes de prélèvement. En effet, l’Assemblée nationale a adopté le 19 octobre le fameux prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 %, également appelé « flat tax ».Ce dernier s’appliquera à tous les revenus du capital investi, dont les intérêts, les dividendes et les plus-values de cession de valeurs mobilières. Il en est de même pour tous les produits générés par les primes versées à compter du 27 septembre 2017.Cependant, ceux qui sont issus des versements réalisés avant cette date profiteront de la fiscalité actuelle. Par ailleurs, les titulaires de contrats de plus de huit ans souscrits par des personnes détenant moins de 150 000 euros (ou 300 000 euros) d’actifs jouiront de l’avantage d’une imposition au taux de 7,50 %.

Les intérêts d’une assurance-vie

L’assurance-vie reste un moyen de placement intéressant, malgré la nouvelle réforme de la fiscalité adoptée par les députés. Si vous souscrivez à ce produit financier, sachez que vous aurez la possibilité de retirer chaque année, sur votre épargne, une somme considérable, et ce, sans payer d’impôt, dès lors que votre contrat a été ouvert depuis au moins 8 ans. Sous forme de retraits partiels programmés ou non, pour une personne seule, vous pourrez déduire de votre compte 4 600 euros. Par contre, si vous êtes en couple marié, le montant disponible peut aller jusqu’à 9 200 euros. Mis à part cette grande souplesse, l’assurance-vie vous offre également la possibilité d’optimiser votre transmission de patrimoine. Elle propose une large exonération de droits de succession sur les sommes transmises aux bénéficiaires. Cela peut aller jusqu’à 152 000 euros si vous souscrivez à une assurance-vie avant 70 ans. Dans le cas contraire, les sommes versées seront taxées à 20 %, voire à 31,25 %.

Les bénéficiaires d’une assurance-vie

La désignation d’un bénéficiaire n’est pas obligatoire en assurance-vie. Toutefois, cela représente un intérêt juridique et fiscal non-négligeable, car lors du décès de l’assuré, le capital ou la rente payable aux bénéficiaires désignés ne fait pas partie de la succession de l'assuré. En assurance-vie, vous êtes libre de choisir la personne qui héritera le capital que vous avez versé au cours du contrat. Celle-ci peut être votre proche (conjoint, enfant, membres de la famille) ou un individu qui n’a aucun lien de parenté avec vous. Pour désigner vos bénéficiaires, vous avez deux options. Vous pouvez les inscrire dans la clause bénéficiaire du contrat au moment de la souscription. Vous avez aussi le droit de les nommer par testament déposé chez un notaire et d’en informer l’assureur.

Commentaires


Aucun commentaire pour ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE